Bien évidemment, il m’était impossible d’aborder L.A. Noire sans parler de la différence qu’il a fait dans l’Histoire de la Motion Capture. Ses développeurs ont eu recours à un procédé créé spécialement pour l’occasion : le MotionScan. Comment en est-on arrivé là ? La réponse en 5 dates.

1882 : Marey & la Chronophotographie

Inventé par le médecin français Etienne-Jules Marey, le procédé permettait de capturer 12 poses sur un sujet avec un seul objectif. Pour cela, Marey utilisait un fusil photographique, qu’il pouvait transporter partout, en particulier dans la nature, où il captait le mouvement d’animaux.

1915 : Fleisher & la Rotoscopie

Les réalisateurs américains Dave et Max Fleisher déposent en 1915 le brevet du Rotoscope, procédé cinématographique permettant de capturer les mouvements d’un sujet pour les retranscrire dans des animations. La technologie est d’abord utilisée sur des court-métrages et des séries. Il faudra attendre 1937 pour voir le premier long-métrage d’animation utilisant la rotoscopie : Blanche-Neige et les Sept Nains. Près de 50 ans plus tard, la technologie arrivera dans les jeux vidéo, avec Prince Of Persia.

2000 : la Motion Capture moderne

Grâce aux avancées technologiques, les mouvements captés sont désormais retranscrits en images de synthèse. Le cinéma ne tarde pas à s’emparer de cette révolution, et l’utilise ça et là, par petites touches. Ce n’est qu’en 2000 que le premier long-métrage entièrement réalisé à l’aide de la Motion Capture débarque sur les écrans : Sinbad : Beyond The Veil Of Mists. Attention, ça pique un peu les yeux.

https://www.youtube.com/watch?v=GVWNWHASEyQ&t=31s

2004 : la Performance Capture

La Motion Capture est de plus en plus technique, et donne naissance à ce qu’on appelle aujourd’hui la Performance Capture. On peut maintenant capter les expressions de visage des comédiens (d’où l’utilisation du mot performance, traduisez interprétation). Il sera propulsé en 2004 par Robert Zemeckis, avec le premier long-métrage 100% Performance Capture : Le Pôle Express. A noter que Zemeckis n’était pas le premier à l’utiliser : Georges Lucas avait utilisé la technologie pour La Menace Fantôme, et Peter Jackson pour Le Seigneur des Anneaux. Aujourd’hui, la Performance Capture est monnaie courante, en particulier dans le monde vidéoludique.

2010 : L.A. Noire & le MotionScan

Pourquoi se limiter aux technologies existantes quand on peut faire mieux soi-même ? C’est exactement ce qu’ont fait les Australiens de Depth Analysis, qui inventent en 2010 le MotionScan, technologie utilisant 32 caméras HD pour capturer avec une précision inédite les mouvements et expressions des comédiens. Avec leur société-soeur Team Bondi, ils l’utilisent dans le cadre d’un jeu vidéo : un certain L.A. Noire.

Pour conclure, j’aurais aimé vous conseiller quelques oeuvres à grignoter pour faire une sorte de MoCap Marathon, mais il y en a tellement eu depuis le début des années 2000 que c’est quasiment impossible. A défaut, on se contentera de ceux qui ont pesé dans le MoCap Game !

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here