Lors de son voyage vers la Mer du Diable, Lara Croft se trouve à bord de l’Endurance, qui finit en pièces détachées sur les rives du Yamatai. Mais elle n’a pas le monopole de l’expédition catastrophique : 100 ans auparavant, un certain Ernest Shackleton naviguait à bord de son Trois-Mâts, l’Endurance.

Ernest Shackleton

Né en 1874 en Irlande, Ernest Henry Shackleton était censé suivre les traces de son père et devenir médecin. Mais le petit Ernest et les études, ce n’était pas le grand amour, et il passait probablement plus de temps à regarder le monde extérieur que ses cahiers. Alors, dès qu’il en a l’opportunité, il prends le large et s’engage dans la Marine Marchande. Il y restera près de 11 ans, jusqu’en 1901, où sa motivation (et une pincée de relations) lui ouvrent une place dans l’expédition Discovery, la toute première expédition britannique en Antarctique du XXème siècle. Sauf que ça ne sera pas une grosse réussite pour Shackleton, qui est rapatrié en 1903 pour des raisons de santé.

Après plusieurs années de galère passées à manger sa frustration, il parvient en 1907 à monter l’expédition Nimrod, en direction de l’Antarctique. Cette fois, c’est la bonne : accompagné de 3 hommes, il est le premier à poser le pied sur le plateau antarctique, et devient à son retour un véritable héros aux yeux des britanniques. Ça lui vaudra d’ailleurs le surnom de « Boss » (Bruce Springsteen n’a qu’à bien se tenir).

On aurait pu s’arrêter là, mais c’est qu’il était gourmand, cet Ernest. En 1914, il se lance un nouveau défi : traverser le continent Antarctique de part en part. C’est l’expédition Endurance. Vous connaissez l’expression « savoir s’arrêter au bon moment » ? On est en plein dedans. Après seulement un mois de navigation, le bateau est emprisonné dans la glace et, en quelques mois, finit par être détruit et aspiré par les eaux. C’est le début de 3 ans d’enfer pour l’équipage. En mode survie, Shackleton fait tout pour sauver ses hommes ; 3 personnes trouveront la mort.

Au risque de me répéter : on aurait pu s’arrêter là, mais c’est qu’il était gourmand, cet Ernest. En 1921, il met une nouvelle fois les voiles vers le continent Antarctique, à l’occasion d’une expédition montée avec son ami John Rowett. Il n’en verra pas le bout : quelques mois après leur départ, la maladie causée par ses nombreuses escapades et avouons-le, une consommation d’alcool un tantinet trop poussée, auront raison de lui. En janvier 1922, il meurt d’une crise cardiaque. Il est aujourd’hui enterré en Géorgie du Sud.

Moralité : si vous achetez un bateau, éviter de l’appeler Endurance.

D’autres oeuvres sur le sujet :

Cet article fait référence au 1er épisode d’HistoryBoard.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here