Je ne le répèterai jamais assez : j’aime les choses simples. Et dans le genre, Arctic est un exemple parfait. Une oeuvre glaciale, brute, livrée sans préliminaires devant les yeux du spectateur comme un crash d’avion en plein désert. Une histoire sans contexte, sans avant ni après, qui laisse de la place à l’imagination. Un moment d’une lenteur si rapide, où la tension d’un univers hostile est si palpable qu’on en ressentirait presque la douleur du personnage. Un film presque muet et qui, pourtant, raconte beaucoup.

Simple et efficace, comme on dit. À voir absolument, avec un bon gros pull.

Laisser un commentaire